• Margaux Lienard

Les Bals Champêtres dans l'Avesnois

Mis à jour : 26 juin 2019



Après quelques heures à traîner sur le web, je tombe sur ceci :


Actes du 31ème congrès tenu à Berck en 1990, organisé par Les Amis du Passé de la bibliothèque de Berck et environs Sujet, Théâtre, jeux et spectacles publics, sports du Moyen Âge à nos jours dans le Nord de la France Platelle Henri, Ours et montreurs d'ours dans nos régions au Moyen Âge Prouvost Jacques, Les marionnettes, théâtre populaire à Roubaix Défossez Michel, Aux origines des bals champêtres de l'Avesnois (XVIIe-XIXe siècles) Deveyer Albert, L'histoire de l'orphéon d'Hazebrouck Chambre Jean-Pierre, Joutes chevaleresques en Artois de 1350 à 1450, matériel et technique Messian Jacky, Digression sur des jeux interdits à Dunkerque en 1720 Hersent Marie-Claire, Les jeux de notre jeunesse, hommage à Lucien Tétu


Ni une ni deux, je commande un exemplaire du compte-rendu de ce congrès et me plonge dans la lecture des ces trois courtes mais néanmoins édifiantes pages!


Parmi les choses intéressantes, j'y découvre :

- l'existence d'une ronde à l'occasion du Behourdi à Maroilles encore dansée entre les deux guerres (Maroilles et les Maroillais aux XVIIIe et XIXe siècles, A.R.C., Louvroil 1980, p. 296),


- à Avesnes, des danses en rond "devant l'image du patron ou de la Patronne de chaque rue, le soir de sa fête et durant la neuvaine." (I.Lebeau, Précis de l'histoire d'Avesnes, Avesnes 1836, p. 184)


- Des rigaudons au son du violon dansés par les confrères et les consoeurs à la sortie de l'église à Rainsart avec une description de danse: "Danse en rond par couple d'un pas qui se fait à la même place. La jambe agite la hanche et la brise de suite. Les deux pieds étant à terre, on plie puis on se relève en sautant." (Lettre de Duvaux à Tordeux alors président de la Société Archéologique de l'Arrondissement d'Avesnes)


- un gros engouement pour le bal fin XVIIIe, début du XIXe siècle, l'aménagement de lieux, salles et jardins, initiatives privées et publiques. Parmi ces lieux : - l'hôtel de ville d'Avesnes (1757) équipée d'une salle de bal et d'une galerie pour les musiciens - Jardin du Tivoli à Maubeuge (1815) - L'auberge du Tivoli et des Trois pigeons à Avesnes, cabarets situés hors les murs et donc libres de droits d'octroi - La "Rotonde" à Avesnes (1813), piste de danse circulaire et estrade en bois pour les musiciens.


- L'abandon des danses traditionnelles entre 1830 et 1840 et donc la disparition des ménétriers. Les Journaux de l'époque vantent les "excellents" nouveaux orchestres, à l'inverse des "anciens ménétriers habitués à jouer de vieilles sarabandes et autres morceaux à l'usage des contemporains de Malborough...". Des recueils de danses "modernes" sont publiées par les professeurs de musiques d'Avesnes.


Je décide donc de prendre contact avec Michel Défossez, qui me propose de nous rencontrer le samedi 15 juin à la S.A.H.A.A. (Société Archéologique et Historique de l'Arrondissement d'Avesnes), les archives n'ouvrant qu'une fois par mois environ.




Samedi 15 juin 14h30

Me voilà donc arrivée à Avesnes devant l'institut Villien, un beau bâtiment assez ancien derrière la place d'Avesnes. J'entre donc dans le bâtiment désert et me laisse guider par le son des voix qui m'emmènent tout en haut, au grenier. Là j'y découvre les archives de la S.A.H.A.A. où déambule une dizaine de personnes.

On me présente à Michel Defossez, qui assis à sa table, accueille toutes les personnes ayant besoin de conseils avisés. Beaucoup de monde s'intéresse à mon sujet de recherche et on m'apporte tel livre de chansons, ou tel album de vieilles photos avec le kiosque d'Avesnes et le programme de concert militaire du 84e.



Je m'entretiens donc avec Michel Defossez sur son écrit, il m'apprend notamment que les danses devant les niches des Saints à Avesnes s'appellent des Caroles.



Et comme si il l'avait vécu, il me décrit la Rotonde d'Avesnes.

J'ai pu consulté avec précaution le Précis de l'histoire d'Avesnes, d'I.Lebeau, Avesnes 1836, ainsi que les Fêtes Civiles et religieuses, par Mme Clément Hémery.

J'ai malheureusement manqué de temps pour consulter ces deux ouvrages de chansons édités à Avesnes:



Le premier est un recueil de chanson à l'attention des pompiers du nord, sûrement pour remplacer toutes ces chansons grivoises qu'ils devaient avoir à leur répertoire évidemment.

Le deuxième est un recueil de Joseph Bayer, en garnison au 84e (régiment avesnes), surnommé "le poète du régiment". Il a écrit des poèmes et des chansons (de caractère patriotique bien sûr) qui ont connu quelques succès.

En voici quelques extraits :



J'ai quitté ensuite les lieux vers 17h, avec dans la poche quelques contacts d'informateurs en cas de besoin!




42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2019 by Margaux Liénard.

Suivez l'avancée des recherches, inscrivez-vous!
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now