BIOS DES MUSICIENNES

Margaux Liénard

Hardanger d’Amore, voix
Margaux Liénard est née en 1988 dans l’Avesnois, région forestière proche des Ardennes, dans une famille de musiciens. Son violon est à l’image de son caractère, généreux et curieux. Dès 6 ans, elle commence son apprentissage dans l’école de musique de son père, puis étudie aux Conservatoires de Valenciennes et de Lille, où elle obtient son Diplôme d’Études Musicales en 2007 en cursus classique (violon, orchestre, musique de chambre, écriture...), et où elle suivra le cursus jazz et musique irlandaise avec en parallèle une année d’étude à Paris au conservatoire du Xème. Dès cette époque, elle saisit toutes les occasions de faire sonner son violon, et découvre les musiques traditionnelles grâce à l’influence de violonistes comme Vincent Leutreau, Christophe Declercq, Gabriel Lenoir ou Jean-François Vrod...
Passionnée des “musiques vivantes” et improvisatrice puisant son inspiration dans les musiques traditionnelles d’Europe nord-occidentale (Irlande, suède, centre france...) elle s’intéresse toutefois à d’autres musiques plus orientales et développe ainsi un jeu de violon très personnel qu’elle met au service de projets tout aussi métissés... De la musique tibétaine avec Kyab Yul-SA aux musiques anatoliennes avec Zeyli Neyli, en passant par le blues avec Belledonne et un retour aux racines irlandaises avec Ramble Ditties, tous sont des projets forts musicalement et humainement...
Elle développe d’autant plus un jeu original grâce à son violon “augmenté”, le hardanger d’amore, un instrument hybride à cordes sympathique entre le violon traditionnel norvégien et la viole d’amour.

 

37webbumbac_ariane-30982.jpg

Ariane Cohen-Adad
violon, violon alto, voix

Au coeur de l’expression musicale, Ariane développe un jeu de violon sensible et sans frontières. Ses études de violon classique aboutiront à un 1er prix de conservatoire. Dès
ses 15 ans, son père l’initie à la musique klezmer à travers divers projets de théâtre, contes et chansons yiddish.
Le groupe Dibouk, animé par cette flamme, a réalisé de nombreux concerts, bals et ateliers pédagogiques basés sur la transmission orale et la culture yiddish. Actuellement, on la retrouve sur scène avec le duo Szabadsag (klezmer/bluegrass et compositions), Ciuc (musique roumaine).
Riche d’un parcours éclectique, elle a multiplié les expériences tant dans les autres esthétiques musicales (orchestre classique, musique de chambre, musiques actuelles amplifiées, collectif d’improvisation) que dans les autres formes d’art (danse, théâtre). Ariane est également diplômée d’une licence de musicologie (Sorbonne, Paris) et d’un double Diplôme d’Etat pour l’enseignement du violon et des musiques traditionnelles (CEFEDEM, Lyon). Elle poursuit actuellement une formation pour intervenir en tant qu’artiste en milieu de soin.


 

Garden Party-NB.jpg
elise.jpg

Elise Kusmeruck
violon, voix

En parallèle de sa formation classique en conservatoire, Elise Kusmeruck apprend dès son enfance par la tradition orale des musiques traditionnelles d’Europe de l’Est (tziganes, roumaines, bulgares…). Dans le cadre de sa formation de Musicienne-Intervenante à Poitiers (Diplôme en 2010) elle pratique le chant traditionnel Poitevin avec Christian Pacher, les polyphonies Occitanes ou Gasconnes avec Marianne Mazeau…
Sa rencontre avec le violoniste Dominique Pifarély, lui ouvre un autre univers musical, tant par la découverte de sa musique que par celle de la pratique de l’improvisation
libre. Après de nombreux stages avec lui, elle joue pendant 3 ans sous sa direction dans l’ensemble Icare.
Avide de sons et d’expériences nouvelles, elle intègre également Le Lobe en 2012, orchestre pictave de musiciens improvisateurs sous la direction de Claire Bergerault. Elle continue d’explorer différentes musiques traditionnelles avec son violon (Auvergne avec le musiciens Jac Lavergne, Poitou avec le violoniste Robert Thébaut) mais aussi avec sa voix, en collaborant avec Les Goules Poly, sextet poitevin de chants polyphoniques du monde.
Elise est aujourd’hui à l’initiative de plusieurs projets, qui lui permettent d’approfondir toujours plus les liens entre musiques traditionnelles, classiques, et improvisées.

 

fellmann-clara_201206.jpg

Clara Fellmann
viole de gambe

Après un prix au CNSMD de Lyon en violoncelle baroque et au CRR de Paris en viole de gambe, Clara Fellmann intègre « Les Nouveaux Caractères » (direction Sébastien D’Hérin) et « Le Concert de L’Hostel Dieu » (direction Franck-Emmanuel Comte).
Son envie permanente de découverte l’amène vers le répertoire classique et romantique en trio (violon et piano forte), la musique contemporaine pour viole de gambe seule (récital pour le festival du Ventoux 2019), puis vers la musique traditionnelle grâce à sa rencontre avec Margaux Lienard.
L’enseignement d’Emmanuel Balssa, Dominique Dujardin et Christine Plubeau lui donne un goût pour la pédagogie et la pousse à devenir professeure de viole de gambe au CRR de Toulon tout en terminant sa formation au diplôme de certificat d’aptitude.
Actuellement en tournée avec le spectacle « Folia » par Mourad Merzouki, Clara consacre
également son temps à la compagnie Volte Quarte en association avec les Jeunesses Musicales de France, et à son laboratoire sonore pour violes de gambe « Les Fâcheuses », avec Pauline Chiama.
En parallèle de sa carrière professionnelle, Clara Fellmann pratique le jujitsu brésilien à haut niveau (vice championne d’Europe 2017 et 2018, championne de France 2019) dans l’académie One Jujitsu avec le professeur Vincent Nguyen.